Petit livre de - Les expressions grecques et latines eBook: Marie Dominique POREE: Amazon.fr: Boutique Kindle

Petit livre de - Les expressions grecques et latines eBook: Marie Dominique POREE: Amazon.fr: Boutique Kindle

Meilleur from Attel for Petit livre de - Les expressions grecques et latines eBook: Marie Dominique POREE: Amazon.fr: Boutique Kindle

Télécharger:
ID: B00ARHB11I
Cloud: Informatique et Internet
Téléchargement total: 5282
Lire en ligneTéléchargement

Présentation de l'éditeur

Rendez à César ce qui lui appartient !

Errare humanum est...

Connaissez-vous l'origine des mots " amphitryon ", " colosse " ou " médusé "? Des expressions urbi et orbi, carpe diem ou in vino veritas ? Savez-vous pourquoi la Macédoine à la géographie morcelée a pu donner son nom à un plat de légumes ? Les navigateurs en détresse sauvés par le déclenchement de leur balise Argos sont-ils conscients de la fière chandelle qu'ils doivent aux cent yeux d'Argus, bon géant de la mythologie ?



En ce début du XXIe siècle, on a souvent oublié ? et c'est humain, errare humanum est ? dans quelles circonstances ces mots, citations et autres expressions ont vu le jour. Récréatif et éclectique, ce petit livre vous présente de A à Z, des écuries d'Augias au vulgum pecus, un choix de citations, locutions et autres maximes grecques et latines, pour rafraîchir vos souvenirs... et rendre à César ce qui lui appartient !




Extrait

Extrait de l'introduction :

Ab ovo usque ad mala : - de l'oeuf jusqu'aux pommes», ou, pour faire court, de l'entrée au dessert. Empruntée à Tigellius de Sardes, cette première citation donne le ton de ce petit livre. De A à Z, des écuries d'Augias au vulgum pecus, il présente un choix de citations, locutions et maximes grecques et latines. À ceci près que les entrées qui le composent, à la manière du dic­tionnaire, se veulent aussi mises en bouche, mets servis en petite quantité en début de repas, et destinés à ouvrir l'appétit. C'est que Rome, ou Athènes, n'est pas aima mater, mère nourricière, pour rien. Pour qui entend rafraîchir ses souvenirs ou éclairer le sens de telle ou telle expression gréco-latine, ce florilège tombe à pic, manière cavalière de dire qu'il a été conçu ad hoc. D'un usage récréatif plus que prescriptif, il remet en contexte ce qui, dans l'Antiquité, se lisait à livre ouvert, aperto libro, ou presque. Il est vrai qu'en ce début du XXIe siècle on a parfois oublié - c'est humain, errare humanum est - dans quelles circonstances ces diverses expressions ont vu le jour, quels ouvrages les ont vues naître, ou les raisons pour lesquelles, dans l'Urbs qu'était Rome, elles avaient droit de cité.
Mais pourquoi, aujourd'hui, le grec et le latin ? Par jeu, on serait tenté de répondre : parce que Vivendi, et à cause de Noos. De fait (de facto), contrairement aux idées les plus reçues sur la mort, mille fois annoncée, du latin et du grec, jamais ces langues mortes n'ont été aussi présentes dans l'actualité. Certes, en l'espèce, l'habillage antique n'est que pure façade, vitrine commerciale. Il n'empêche : mettre en avant, quand on est un des acteurs majeurs des médias et des communications, le gérondif Vivendi, forme contractée de modus Vivendi, est une façon élégante de proclamer, urbi et orbi, que la technologie se vit désormais au quotidien ; de même, se réclamer du terme grec noos, désignant l'intelligence, ou l'esprit, ne peut que flatter les utilisateurs du service de messagerie électronique diffusé par une grande compagnie téléphonique. À l'évidence, le latin et le grec s'exportent, se jouent des frontières, se comprennent dans toutes les langues. Plus sérieusement : à l'image du Pactole, ce fleuve de l'Antiquité aux propriétés miraculeuses, la culture française baigne dans la culture gréco-latine, dont elle procède assez largement. Elle charrie encore les pépites d'or autrefois recueillies entre les pages roses de nos dictionnaires et encyclopédies. Si les pages roses ont disparu, ces paillettes d'or et d'argent continuent à émailler les conversations, à fournir en expressions certaines professions spécialisées, les juristes en particulier. Mais il est un usage ordinaire, presque populaire, de ce bagage linguistique. Ces mots d'un jour, ces mots d'hier, sont nos mots d'aujourd'hui, des mots de toujours.
Quand dans la langue courante, on parle d'un apollon, d'un amphitryon, d'un colosse, d'un sybarite, on oublie trop souvent que c'étaient, à l'origine, des noms propres, d'origine grecque pour l'essentiel, et qu'ils ont trouvé une seconde (et longue) vie dans un usage de nom commun, selon un procédé bien connu des rhétoriciens, que l'on nomme l'antonomase.

Biographie de l'auteur

Marie-Dominique Porée-Rongier est agrégée de grammaire, spécialiste des langues anciennes et professeur de grec en classe préparatoire au lycée La Bruyère à Versailles.

Détails & caractéristiques

  • Date de publication:20 décembre 2012
  • Éditeur:First
  • Langue:Français

À propos de cet article

Détails sur le produit

  • Date de publication:20 décembre 2012
  • Éditeur:First
  • Langue:Français
  • ASIN:B00ARHB11I
  • Classement parmi les ventes Amazon.fr:26986
Obtenez un ebook gratuit en achetant une nouvelle liseuse Kindle

LIVRES POPULAIRES